Effondrement à Lille : «L’immeuble avait bougé» racontent les étudiants qui ont alerté les pompiers

Effondrement à Lille : «L’immeuble avait bougé» racontent les étudiants qui ont alerté les pompiers

15 novembre 2022 à 1h01 par La Rédaction

Samedi un immeuble proche de la Grand’Place de Lille, s’effondre et entraîne avec lui un bâtiment dans lequel se trouvait une victime.

Le samedi 12 novembre à 9h15, un immeuble situé rue Pierre Mauroy à Lille c'est effondré. Vers 3h du matin un étudiant de 22 ans nommé Thibault s'apprête à rentrer dans sa collocation, c'est là qu'il se rend compte du danger imminent : "Quand j'ai passé la porte d'entrée, j'ai vu que le mur était fissuré. Puis j'ai passé la deuxième porte et j'ai vu que tout le flanc du mur était totalement bombé. Je monte vite voir mes colocs mais je me rends compte que je n'arrive même pas à ouvrir la porte d'entrée. L'immeuble avait tellement bougé que le cadre de la porte avait forcé et on n'arrivait pas à l'ouvrir"  déclare-t-il à BFMTV.  

Constantin et Gaspard les deux autres colocataires du jeune homme regardez eux un film, ils ne sont rendu compte de rien jusqu'à que Thibault l'ait préviennent. Par la suite Constantin a contacté les pompiers d'après BFMTV : "J'ai juste décrit rapidement les dégâts, et je pense qu'en cinq ou dix minutes ils étaient là. Ce qui nous a pressés sur le moment, c'est que le mur était bien ouvert. Mais ça continuait à tomber derrière, il y avait de la poussière qui sortait du mur, on entendait les gravats continuer à tomber"

Grâce aux trois étudiants l'immeuble à été évacué a temps mais malheureusement, dans sa chute il a entraîné un immeuble mitoyen qui a fait une victime il s'agirait d’Alexandre Klein 45 ans, chef du pôle santé mentale et addictologie. Le ministre Olivier Klein a déclaré après cette tragédie : "C’est un drame parce qu’une personne est décédée, mais cela aurait pu être bien pire. On n’est pas dans une zone d’habitat insalubre connue et reconnue comme on peut le connaître ailleurs"

Les trois jeunes hommes ne se rendent toujours pas compte de ce qu'il sait passer, Gaspard s'est exprimé toujours sur BFMTV : "À 10h30, je désactive le mode avion de mon téléphone et là je vois une quantité de messages affolants de plein de gens pour me demander si je suis vivant. Au début, on n'y croit pas vraiment... Ça nous paraissait totalement inconcevable que l'immeuble puisse s'écrouler"

C'est un drame mais qui aurait pu être extrêmement plus grave, félicitations aux trois colocataires!