Franck Galliègue, l'homme aux 40 voitures de films

Essonne : Franck Galliègue, l'homme aux 40 voitures de films

16 juin 2021 à 9h45 par Othmane Taki

Seine-et-Marnais d'origine, ce passionné de cinéma et de voitures possède des véhicules parmi les plus célèbres de l'histoire du cinéma et des séries télévisées.

On a tous rêvé d’en piloter au moins une. Des objets d’exception. Ces voitures rendues célèbres par des films ainsi que par les séries télévisées à succès.

De la Batmobile, à la mythique Delorean de Retour vers le Futur, en passant par la Peugeot 406 de l’iconique saga Taxi, ou encore pour les fans de James Bond, l’Aston Martin DBS de Casino Royale et Quantum of Solace. Qu’il s’agisse de répliques ou d’originaux, un homme peut se vanter de les posséder. Il s’appelle Franck Galliègue.

Objectif : Delorean

A 37 ans, ce jeune homme est un véritable passionné de cinéma et de voiture depuis sa plus tendre enfance. "C’est mon grand-père qui m’a élevé, et c’est lui qui m’a transmis la passion des voitures, en commençant par les Peugeot", explique-t-il. Au lycée, il se fixe son premier objectif : s’offrir une Delorean. À l’image de celle de Retour vers le Futur. "Quand j’étais petit, je croyais que ce genre de voiture n’existait que dans la fiction. Quand on a commencé à avoir accès à internet, j’ai appris qu’on pouvait s’en procurer. Et je me suis dit : dès que je travaille, je m’achète ça". Son rêve se réalise plusieurs mois plus tard après avoir commencé à travailler comme vendeur chez Peugeot. Mais cela n’est pas assez pour lui. "K2000 c’est stylé aussi !", se dit-il alors, expliquant qu’à partir de là, "ça ne s’est pas arrêté".

La Dolerian de Retour vers le Futur

Au bout d’un certain temps, il commence à posséder de plus en plus de voitures, dont la Delorean, qu’il a customisé lui-même, jusqu’à ce qu’elle puisse être identique à celle de la saga qui l’a rendu célèbre. Mais le plus étonnant dans tout cela, c’est que Franck Galliègue confesse n’avoir eu recours à "aucune formation de mécanicien, et encore moins de carrossier ni de soudeur".

Il décide, pour en prendre soin et rentabiliser ses achats, de les louer pour des événements comme des mariages. Ça a été pour lui le premier déclic. "Ça a cartonné très vite. A l’époque j’étais en Suisse, et je travaillais toujours chez Peugeot. C’est un moment clé. Je me suis rendu compte que je pouvais les louer et gagner de l’argent et j’en avais un peu marre de travailler chez Peugeot à ce moment-là", explique-t-il. Franck Galliègue lance alors une activité de location de voitures.

100 000 abonnés "en trois semaines"

Après des voyages et le montage de plusieurs projets aux États-Unis, Franck Galliègue revient en France. Il possède aujourd’hui une quarantaine de véhicules, la dernière acquis en date étant la Mustang provenant de la saga John Wick. Franck Galliègue tient également une chaine Youtube qui rencontre un grand succès. Sa chaine youtube totalise plus de 286 000 abonnés et pas moins de 54 millions de vues sur les vidéos qu’il poste depuis 2013.

"Le deuxième déclic survient en 2018 avec l’acquisition de la vraie Peugeot 406 de Taxi lors d’une vente aux enchères du musée Peugeot. Moi et deux amis qui travaillent avec moi l’avons gagné à 33 000€. On a alors fait les gros titres de la presse. On est devenus célèbres en France", se souvient le collectionneur.

"Un moyen de revivre les émotions"

"C’est le moment où on s’est dit qu’il fallait monter une boîte. Il y a un truc à faire avec tout ça. On a alors pris le risque de louer un hangar et commencer un business. Et ça cartonne depuis", se réjouit-il, ajoutant toutefois que la crise sanitaire leur a mis quelques bâtons dans les roues pendant un an. En 2019, il a organisé des événements sur circuit. "On proposait aux gens de conduire les voitures. Je voulais qu’ils voient que les voitures dont on dispose sont vivantes et pas juste à l’arrêt comme dans un musée".

Le cinéma procure des émotions. Et ces voitures sont un moyen de revivre les émotions qu’on a eu en regardant le film mais aussi de se créer son propre film.

Ces voitures, Franck Galliègue et ses collègues les ont acquises via "des enchères sur des sites aux États-Unis et en Europe. Une petite proportion vient directement des tournages ou des musées et qui n’étaient pas publiquement à la vente". Concernant les répliques parfois achetées sur eBay ils les achètent déjà prêtes. "Il y en a seulement trois où on a bossé dessus : la Delorean, la 407 de Taxi 5 et la Ford explorer de Jurrasic Park".

Exposition à La Garçonnière de Grigny

Depuis le 29 mai 2021, la collection des voitures de Franck Galliègue est exposée à La Garçonnière de Grigny (Essonne). Côté français, l'exposition montre, en plus de la Peugeot 407 de "Taxi 5", la Citroën Xantia de "Caméra Café" ou encore la Renault Fuego de "Mais qui a tué Pamela Rose" ?

Exposition à la Garçonnière de Grigny

L’exposition est ouverte au public tous les week-ends jusqu’à fin juillet . Élément important par contre, compte tenu de la crise sanitaire, il est impératif de réserver sa place sur le site de l'exposition.