Musiques

Metro Boomin envisage de quitter les plateformes de streaming

28 juin 2024 à 11h55

Metro Boomin envisage de quitter les plateformes de streaming

Le célèbre producteur Metro Boomin pourrait faire ses adieux aux plateformes de streaming pour des questions de rémunération des artistes.

Les plateformes de streaming musical, bien qu'elles soient populaires, ne font pas l'unanimité chez les artistes. Metro Boomin, un producteur de renom, a récemment exprimé son mécontentement sur Instagram. Il a fait savoir à ses fans qu'il envisage de ne plus publier ses futures œuvres sur ces services. La raison ? La rémunération insuffisante des artistes par le streaming. Selon lui, un fan devrait écouter un titre 20 fois par jour pendant un an pour que l'artiste gagne seulement 25 dollars.

Il n'est pas seul dans cette réflexion. Kanye West, une autre figure emblématique du rap, avait déjà exprimé des réserves en mars. Il avait envisagé de vendre son album 'Vultures 2' uniquement sur son site web, yeezy.com, en s'appuyant sur ses millions de followers pour atteindre un succès de vente sans précédent. Kanye West voit dans le streaming une forme de contrôle sur les artistes et appelle à un soutien plus direct de la communauté pour les créations musicales.

Cependant, les fans de Kanye West ne semblent pas tous convaincus par cette stratégie. Un sondage réalisé par un compte fan a montré que 87,5 % des participants préféreraient que l'album soit disponible sur les plateformes de streaming, craignant un accès limité et le risque de piratage. Kanye West a réagi en soulignant l'importance du soutien de la communauté et en assimilant le streaming à du piratage.

Le débat sur la rémunération des artistes via les plateformes de streaming n'est pas nouveau. De nombreux artistes se sont déjà exprimés sur le sujet, soulignant l'écart entre les revenus générés par ces services et la part qui revient réellement aux créateurs de musique. L'annonce de Metro Boomin et les commentaires de Kanye West reflètent une tendance croissante parmi les artistes à chercher des alternatives pour mieux valoriser leur travail.