Attentats terroristes du 13 novembre: Sans le savoir, comment un infirmier a tenté de sauver l'un des kamikazes (vidéo)

URBAN HIT

24 novembre 2015 à 21h28 par La rédaction

Dans le chaos provoqué par l'explosion au Comptoir Voltaire, café du XI<sup>e</sup>arrondissement, vers 21 h 40, le vendredi 13 novembre, David, infirmier dans un grand hôpital parisien, a été guidé par l'instinct et n'a pensé qu'à porter secours aux blessés.



L'un d'eux est bloqué entre des tables et des chaises soufflées par la déflagration. David, qui ne souhaite pas donner son nom de famille, l'attrape et l'allonge à terre, dans un geste brusque.

«Je le claque, je m'approche, pas de respiration, il est complètement inconscient», raconte à Reuters cet homme de 46 ans. «Mon premier réflexe, c'est de le masser, je commence un massage cardiaque.»

S'il remarque une plaie d'environ 30 centimètres sur le côté du corps, David pense s'être penché sur un autre client durement touché par ce qu'il croit alors avoir été un accident, peut-être une fuite de gaz.

Il n'en est rien. «On avait juste déboutonné le blouson, on avait gardé le t-shirt. Je n'ai rien senti en le massant», dit-il. «En déchirant le t-shirt, j'ai vu des fils. Mon regard s'est porté sur ces lampes de chauffage, je vois qu'aucune des trois n'a rien [...] et là je vois les premiers boulons.»


L'infirmier qui est intervenu au Comptoir Voltaire témoigne