tonimage
tonimage

Battue, cette femme perd son logement à cause de ses cris

URBAN HIT
Crédit: CHAMAUSSY/SIPA

8 septembre 2018 à 8h21 par La rédaction

Victime d'abus, cette maman doit également quitter son logement.

Une situation qu'Elodie, maman de deux enfants, aurait préféré ne jamais avoir à vivre. En effet, cette femme, battue par son mari, a porté plainte à deux reprises pour coups et blessures. Problème, ses cris et appels à l'aide au moment des faits ont exaspéré ses voisins plus qu'autre chose... Résultat, ceux-ci ont discuté avec le bailleur social de l'appartement, qui a décidé d'entamer une procédure d'exclusion à l'encontre de la jeune femme et de ses enfants, le mari ayant d'ores et déjà quitté le domicile conjugal après avoir fait un tour en garde à vue.

À la suite d'un procès, la justice donne raison au groupe 3 F, propriétaire des appartements, assurant que les plaintes déposées corroborent les "troubles" avancés. Une situation que la principale intéressée ne comprend pas vraiment d'autant plus que personne ne lui est jamais venu en aide : « Le juge décrit une situation de véritable souffrance, mais n’en tire aucune conséquence. Il aurait pu agir avec humanité et renvoyer l’affaire le temps de vérifier que Monsieur était effectivement parti du logement pour refuser alors d’expulser. Nous avons fait appel. », a d'ailleurs expliqué l'avocate d'Elodie, Me Migueline Rosset.

De son côté, le groupe 3 F ne semble pas choqué par ses agissements : « Nous avons eu de nombreuses plaintes de locataires pour le bruit et des menaces proférées par Monsieur contre les résidents et la gardienne. Comme Monsieur et Madame sont tous les deux titulaires du bail, la résiliation s’applique à eux deux. Mais on entend qu’elle est victime de violences et elle n’est pas à la rue : nous travaillons à une solution de relogement. »