Derniers coups d’essais avant le lancement de la saison de F1

URBAN HIT

27 mars 2018 à 12h48 par Urban Hit

Dans moins de deux semaines, la Formule 1 reprend ses droits pour le plus grand plaisir des<br /> amoureux de mécanique et de gros pots d'échappements. C'est d'ailleurs le grand prix<br /> d'Australie, à Melbourne, qui ouvre la voie⬦

Cette année 2018 s’annonce des plus croustillantes du côté de la Formule 1. Après le sacre de
Lewis Hamilton au terme d’une lutte serrée avec Sebastian Vettel, les constructeurs ont travaillé
d’arrache pied pour proposer de nouvelles monoplaces, toutes plus clinquantes les unes que les
autres. En plus des nouveautés moteurs et dans le domaine d’aéro-dynamisme, les F1 seront
équipées, pour la première fois, d’un halo de sécurité, dédié à améliorer les conditions de travail
des pilotes après la perte de Jules Bianchi, un jeune coureur français qui a percuté une voiture de
sécurité…


Une nouveauté qui n’a pas encore convaincu tout le monde, comme l’explique Romain Grosjean.
« Le halo paraît vraiment efficace pour nous éviter d’être touché par un pneu qui se détacherait,
mais il pose aussi beaucoup de questions ». Pour autant, les pilotes commencent, petit à petit, à
s’habituer à cette nouvelle partie de la monoplace.  « Après deux tours, on oublie complètement le
support », détaille Carlos Sainz Jr.


Qu’importe, le plus important s’est déroulé ces derniers jours en Catalogne, puisque les essais,
grandeur nature, ont été réalisé à Barcelone. Toutes les écuries ont tâté l’asphalte et les premières
satisfactions pointent le bout de leur nez. « Nous pouvons nous retourner vers ces deux semaines
en étant plutôt satisfait. Malgré le temps perdu en raison de la météo de la semaine passée, nous
avons pu réaliser notre ambitieux programme et faire de bons progrès dans la compréhension de la
VJM11. » comme l’explique Tom McCullough, l’ingénieur en cours de Force India. « La fiabilité de
notre voiture a été l'un des points cruciaux des essais : nous avons pu rouler solidement sans aucun
problème significatif et, pour une nouvelle voiture, il s'agit d'un accomplissement remarquable.
Toute l'équipe a fait un super travail ».

La R.S.18, le nouveau bolide Renault, a également été particulièrement plébiscité par les
ingénieurs de la marque au losange. « On avait pas mal d’objectifs en venant ici car après nos
déboires de l’an passé, nous avons beaucoup travaillé sur la fiabilité du moteur et là je peux vous
dire que le bilan est assez positif », lâche Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport
F1. « Sur le châssis, il fallait que nous rattrapions l’évolution que nous n’avons pas eu lors de nos
cinq années d’absence en Formule 1. Donc là, aussi on s’est beaucoup rassuré. Il est certes difficile
de tirer des conclusions, mais ce qui est sur c’est que ces journées tests sont satisfaisantes ».
Les nouvelles monoplaces ont encore quelques jours pour trouver les réglages parfait avant de
lancer les hostilités, à l’autre bout du monde, au pays des Kangourous. Parmi les 21 GP
programmés, les Mercedes, Red Bull, et Ferrari sont attendus, directement, au tournant. Les
autres écuries auront le droit à quelques joker pour offrir une voiture maniable et performantes
pour les pilotes.