tonimage
tonimage

Des magasins H&M entièrement vandalisés en Afrique du Sud.

URBAN HIT

18 janvier 2018 à 8h08 par La rédaction

Les répercussions de l'affaire "Coolest monkey in the jungle" se font encore ressentir.

Le 13 janvier dernier, de nombreuses personnes se sont donné rendez-vous en Afrique du Sud afin d'aller manifester devant des magasins H&M. En effet, le tollé provoqué par le t-shirt "Coolest monkey in the jungle" se fait encore ressentir. Au total, ce sont six magasins de l'enseigne suédoise qui ont été vandalisés, poussant même la direction de H&M Afrique du Sud, a fermé les rideaux et ce, jusqu'à nouvel ordre.


Vêtements jetés au sol, mannequins cassés, miroirs et vitrines brisés, de nombreuses vidéos montrant des magasins H&M dans un état déplorable ont ainsi tourné sur Twitter. « H&M doit accepter les conséquences de son racisme. Toute personne sensée serait d’accord pour que cette enseigne ne soit plus autorisée en Afrique du Sud. Bravo aux militants des EFF qui ont affronté physiquement le racisme », a immédiatement tweeté le vice-président du parti des Combattants pour la liberté économique (EFF), Floyd Shivambu. « Personne n’est autorisé à se servir de la couleur de la peau pour humilier les gens. Toute entreprise ou toute personne qui soutient le racisme doit savoir que nous ne lui laisserons pas de répit. Cette année, nous allons nous battre frontalement contre le racisme ».

L'EFF a ensuite été très clair, appelant les manifestants à ne pas baisser les bras. H&M est prévenu, si des magasins réouvrent, ceux-ci connaîtront le même sort.