Drame de Champigny : «Certains se sont comportés comme des animaux» !

URBAN HIT

3 janvier 2018 à 10h06 par La rédaction

Ali, 17 ans, est l'une des rares personnes à être venue en aide à la policière, lynchée.

Âgé de 17 ans, le jeune Ali est l'une des rares personnes à être venue en aide à la policière rouée de coups lors de la soirée du Nouvel An à Champigny, un acte tout à fait normal selon lui. « Quand on est arrivé vers 22-23 heures, il y avait un monde de malade avec une queue comme à Disneyland. Les gens avaient froid et étaient à bout, car le contrôle à l’entrée de la soirée se faisait très lentement. Comme le billet passait de 15 à 20 € à minuit, personne ne voulait payer davantage après avoir attendu des heures. Les gens ont commencé à doubler, s’énerver… » a-t-il ainsi raconté à nos confrères du Parisien, avant de revenir sur la scène d'émeute qui a fait le tour du web. Assurant que tout d'un coup, tout le monde s'est retrouvé dans une salle. « Un mur en briques est tombé. Des gens aussi sont tombés. L’un des vigiles a commencé à gazer. Les gens étaient énervés. Quand le plafond de la salle a commencé à s’effondrer, ils ont appelé la police ».

À l'arrivée de la police, du gaz lacrymogène est utilisé ainsi que des flash-balls, dans l'espoir de disperser la foule. Lui-même a été blessé à la cuisse : « Je n’excuse pas ce qu’il s’est passé, mais ils ont réagi trop brusquement. Du coup, quand, un peu plus loin, ces deux policiers sont arrivés tout seuls, un mec a crié « tapez-les ! » Toute la haine que les gens avaient, ils l’ont déversée sur la dame et le monsieur. Les gens ont été traités comme des animaux et certains se sont malheureusement comportés comme des animaux ». Renversée, tabassée, la policière trouve en Ali une aide inattendue. « Au début, ils étaient une grosse vingtaine, de toutes les couleurs, avec des filles aussi. Quand ils ont été moins nombreux, quelqu’un a essayé de lui prendre son arme. J’ai dit « c’est bon, lâchez-la ». Elle m’a tendu la main et je l’ai relevée. Après une fille l’a tenue avec moi et on l’a emmenée à un autre croisement et là, la BAC est arrivée et ils l’ont mise dans la voiture. ».