En Arkansas, si une femme souhaite avorter, le père devra désormais lui en donner l'autorisation.

URBAN HIT

13 juillet 2017 à 6h22 par Florian

Retour au 18ème siècle.

En Arkansas, une nouvelle loi vient de passer, cependant celle-ci ne ravit pas forcément tout le monde. En effet, les membres du gouvernement ont adopté un nouveau décret qui oblige les femmes souhaitant avorter à obtenir l'autorisation du père. Sans son consentement, celles-ci devront donc garder leur enfant. L’American Civil Liberties Union ("union américaine pour les libertés civiles") a annoncé que des actions seraient menées pour faire annuler cette loi. 

Ce décret fait en fait partie d'une loi récemment adoptée par le conseil de l'Arkansas, qui stipule qu'en cas de décès, les membres de la famille doivent se mettre d'accord sur la façon dont sera disposer le corps (enterrement, inhumation). Le rapport avec une femme et son enfant ? Les députés ont en effet choisi d'insérer la notion de foetus dans ce texte. Ainsi, si une souhaite avorter, les parents devront décider de ce qu'ils feront du foetus, considéré comme une personne à part entière. Ainsi, si le père décide de ne pas donner son autorisation à sa femme, celle-ci ne pourra pas avorter. Si la femme en question est mineure, celle-ci devra recevoir l'autorisation de ses parents, enfin si une femme est victime de viol, la situation sera la même que pour toutes les autres...

L’American Civil Liberties Union ("union américaine pour les libertés civiles") a par ailleurs décidé de se battre contre ce nouveau texte de loi : "tous les jours, des femmes en Arkansas et à travers le pays se battent pour obtenir les soins dont elles ont besoin alors que les législateurs trouvent de nouveau moyen de fermer les cliniques et de rendre l’avortement impossible. Nous nous battrons contre les politiciens qui ne cherchent pas seulement à faire honte et à punir les femmes qui prennent ces décisions, mais qui essayent aussi de rendre les soins inaccessibles."