Énervé, Michael Jordan remet Donald Trump à sa place.

URBAN HIT

27 septembre 2017 à 8h44 par La rédaction

Visiblement énervé par l'attitude du président américain, Michael Jordan est sorti de sa réserve.

Décidément, la tension entre Donald Trump et les sportifs américain se fait de plus en plus grande. Tout a commencé lorsque le président américain a traité de "fils de p****" les sportifs américains qui pliaient le genou face au drapeau et lors de l'hymne national. En effet, afin de protester contre les violences policières à l'encontre de la communauté noire, Colin Kaepernick, ancien Quaterback des San Francisco 49ers a décidé de protester à sa manière. Très vite, celui-ci a été rejoint par bon nombre de ses collègues. Dans une Amérique puritaine, vous imaginez que cela ne passe pas vraiment.

Récemment, c'est Stephen Curry, le meneur des Warriors, qui a refusé l'invitation à la Maison Blanche. Il faut dire que c'est la tradition, tous les champions NBA sont reçus à Washington... Sauf cette fois-ci : "Je ne veux pas y aller. […] Ce n'est pas uniquement une question de savoir si je vais aller à la Maison Blanche. On ne soutient pas ce que notre Président a dit". Visiblement vexé, l’actuel locataire de la Maison Blanche s’est fendu d’un tweet : "Stephen Curry hésite, l'invitation est annulée".

Cette sortie aura donc fait bondir l'ancienne gloire NBA, Michael Jordan, qui s'est permi un petit commentaire : "L’un des droits fondamentaux de ce pays est fondé sur la liberté de parole, et nous avons une longue tradition de protestation non-violente et pacifique. Ceux qui exercent ce droit de s’exprimer pacifiquement ne devraient pas être diabolisés ou ostracisés. A l’heure où la division et la haine grandissent dans ce pays, nous devrions réfléchir aux façons de travailler ensemble, de se soutenir les uns les autres, et non créer encore plus de division". Voilà qui est dit.