Etats-Unis : 300 prêtres américains, accusés de viol sur plus de 1.000 enfants

URBAN HIT
Crédit: Patrick Semansky/AP/SIPA

15 août 2018 à 14h44 par La rédaction

L'église aurait caché ces accusations durant plusieurs années.

Un nouveau scandale sur le point de déferler sur l'Église catholique et les Etats-Unis ? En effet, selon une enquête menée par le procureur de Pennsylvanie et mis en ligne mardi dernier, plus de 300 prêtres prédateurs auraient effectivement été couverts par l'église. Selon le rapport, ces 300 hommes auraient notamment abusé de plus de 1.000 enfants. Malheureusement, ces cas d'abus remontent à trop longtemps et pour au moins 99 % d'entre eux, il y aurait aujourd'hui prescription.

Pas vraiment passibles de poursuites, ces prêtres peuvent donc dormir sur leurs deux oreilles, bien que le jury américain ait décidé de révéler les noms de dizaines d'entre eux, principalement, car de nombreuses victimes étaient âgées de moins de dix ans au moment des faits. Ce n'est pas la première fois qu'un tel scandale explose, mais il s'agit bien du premier cas ou une enquête menée, révèle autant de cas. « Des prêtres violaient des petits garçons et des petites filles et les hommes d’Église qui étaient leurs responsables n’ont rien fait. Durant des décennies. » peut-on notamment lire dans les 900 pages du rapport rendu public.

Autre fait marquant, ces hommes d'églises, couverts, ont pour la plupart obtenu des promotions. « Les hauts responsables de l’Église ont le plus souvent échappé à leurs responsabilités. Des évêques et des cardinaux ont, pour l’essentiel, été protégés. Beaucoup, dont certains sont nommés dans ce rapport, ont été promus. Tant que cela ne change pas, nous pensons qu’il est trop tôt pour refermer le chapitre des scandales sexuels de l'Église catholique. ». Afin d'empêcher que de telles situations ne se renouvellent, les membres du jury ont demandé à ce que les délais de prescription soient rallongés, et ce, de manière immédiate. Second point, l'Église pourrait avoir à restreindre ses accords de confidentialité.