Iles Féroé : retour sur la terrible tradition des massacres de dauphins

URBAN HIT

17 septembre 2018 à 10h12 par La rédaction

Attentions, les images qui vont suivre peuvent choquer.

Aux iles Féroé, la tradition du grindadráp continue, et ce, malgré les nombreuses plaintes d'organisations oeuvrant en faveur de la protection des animaux. En effet, depuis des siècles, les habitants de cette petite île profitent de l'ouverture de la saison de la chasse afin de rabattre et massacrer des centaines de dauphins. Le 14 septembre dernier, 250 cétacés se sont une nouvelle fois fait massacrer. 



Dans les faits, un bateau de pêche contacte directement les autorités lorsqu'il aperçoit un banc de dauphins à proximité et les attire le long de la côte. Le chef de la baie, autrement appelé le « Grindmaster » décide alors si oui ou non, la chasse est ouverte. Si la réponse est positive, les cétacés sont alors amenés tout près des côtes ou des personnes, armées de couteaux et autres objets tranchant, semblent les attendre avec une certaine envie d'en découdre. « Quand les bateaux les ont rabattus dans des eaux suffisamment peu profondes, les dauphins s'échouent, et les gens à pieds enfoncent les crochets dans les évents des dauphins, les tirent sur la plage et leur sectionnent la moelle épinière. Il n'y a jamais aucun rescapé. Aucune distinction n'est faite. La totalité du groupe est massacrée », confirme d'ailleurs Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France, aux Inrocks. 

Une tradition vieille de 1.500 ans qui serait d'ailleurs très dangereuse pour l'homme. En effet, le taux de mercure présent dans ces mammifères marins seraient néfaste pour notre santé. Résultat, en plus de massacrer les baleines, ces chasseurs complètement dingues se ruinent les poumons : « Selon le corps médical féringien, les taux de mercure, de pesticides et de plomb contenus dans la chair de ces mammifères marins se révèlent extrêmement dangereux pour la santé humaine ».