"J'aurais pu battre Macron, mais je ne l'ai pas voulu" : tranquille, Hollande dézingue le Président de la République.

URBAN HIT
Crédit: France 2

12 avril 2018 à 7h05 par La rédaction

Un ex-président, en roue libre.

Invité sur le plateau du journal de France 2, Francois Hollande, ancien chef de l'Etat a accepté de revenir sur la fin compliquée de son quinquennat. Expliquant être fier de son bilan, celui-ci a également déclaré que la décision de ne pas se présenter pour un second mandat était un "sacrifice" : « C’est douloureux, mais c’était mon devoir. Les raisons qui m’ont conduit à ne pas être candidat étaient politiques : une gauche divisée, la candidature d’Emmanuel Macron déclarée, et une droite qui était assurée, disait-on, d’être au second tour avec l’extrême droite. » a-t-il ainsi débuté avant de continuer, « le choix aurait été de voter pour la droite dure ou pour l’extrême droite menaçante. J’ai fait ce sacrifice en connaissance de cause. J’aurais pu mettre mon intérêt personnel, avoir cette obsession d’être candidat pour être candidat quelles que soient les conséquences. Mais j’ai pensé, parce que j’étais président de la République, que j’avais un devoir supérieur. ».



Interrogé sur le fait de savoir si oui ou non, il aurait pu battre Macron, celui-ci ne se gêne pas pour assurer que oui, mais il ne l'a pas voulu... « J’aurais pu, mais je ne l’ai pas voulu, répond du tac au tac François Hollande. Qu’est-ce que ça aurait donné ? Ce n’est pas moi qui aurais gagné, ce n’est pas lui qui aurait gagné, et aujourd’hui on aurait un président de la République qui mènerait une politique encore plus dure que celle qui est menée aujourd’hui. »

Celui a également profité de la tribune qui lui était offerte pour assurer que la présidence de Macron était loin de ses attentes. En effet, selon lui, la politique menée par le gouvernement actuel n'a de cesse de creuser les inégalités.