Jamel Debbouze : ''Ma mère, c'est la meuf la plus drôle que je connaisse''

URBAN HIT

18 mars 2015 à 14h26 par La rédaction

Jamel Debbouze</strong> a fait la couverture de <strong>GQ</strong> cette semaine. Le magazine a pu revenir avec lui sur son intimité avec sa femme <strong>Mélissa Theuriau,

sur son passé et sur ses attentes. L'humoriste prépare actuellement la sortie d'un nouveau film dans les salles "Pourquoi j'ai pas mangé mon père ?" qui est entièrement tourné en Motion Capture.


L'humoriste commence par rendre un hommage appuyé à sa mère : "C'est la meuf la plus drôle que je connaisse. C'est vrai qu'elle a dédramatisé beaucoup de choses : les soucis, l'argent, la misère, tout, tout le temps. Le ramadan surprise, c'est elle ! Quand il n'y avait plus rien, elle criait : Ramadan surprise ! (...) La première année où Bardot avait fait son esclandre sur les moutons, dans les années 1980, on habitait à Barbès et on avait trois moutons dans un F3, un par pièce, quoi ! Un jour, un flic frappe à la porte, et ma mère, qui cachait le mouton, elle ouvre. Le flic lui demande : 'Il y a des moutons ici ?' Et ma mère 'des moutons, ici ? Non, ça va pas ?! Non, pas de mouton ici !' Le flic s'en va, il est sur le point de descendre et il entend 'bêê bêê' Même dans un film, t'y crois pas !". Il raconte même qu'elle n'arrive toujours pas à se rappeler du prénom de son fils Léon, elle l'appelle Ali.


C'est rare, même s'il aujourd'hui très fortuné, Jamel n'a toujours pas oublié son passé dans un quartier difficile : "Je fais gaffe à ça, rester au contact de la vérité, du sol. Le hall de bâtiment, c'est là que j'ai appris à danser, c'est là que j'ai entendu Nova pour la première fois, que j'ai embrassé une fille..."


Il prétend même que : "Je crois que, quand tu es né pauvre, tu le restes un peu toute ta vie dans ta tête."


Une véritable leçon de vie !