tonimage
tonimage

Jul réagit aux attaques de son concert à Paris [VIDÉO]

URBAN HIT

15 novembre 2019 à 10h38 par La rédaction

Le CUP (Collectif Ultra-Paris) affirme n'avoir rien à voir dans cette histoire de fans de Jul attaqués à Bercy.

La rivalité entre le PSG et l'OM vient-elle de sortir du cadre du sport ? En effet, le 13 novembre dernier, Jul se produisait en concert à l'AccorHotels Arena de Paris. Problème, des affrontements ont eu lieu aux abords de l'enceinte. Pour beaucoup, ce sont les ultras du PSG qui seraient derrière ces violentes attaques. Eux, démentent et affirment qu'ils ne feraient jamais rien du genre, notamment en ce jour si tragique de l'anniversaire des attentats de 2015.

Ses fans attaqués, Jul s'excuse

Sur Instagram, Jul n'a toutefois pas manqué de réagir, présentant ses excuses à ses fans, avant d'ajouter qu'il reviendra très rapidement. "Normalement on est tous ensemble" a ainsi lancé l'artiste, réitérant ses excuses à celles et ceux qui ont été pris à partie. "Je m'excuse encore pour les gens qui n'ont pas pu voir le concert ou qui se sont fait frapper". Du côté de l'enceinte, on ne comprend pas. Selon Nicolas Dupeux, directeur de l'AccorHotels Arena, la préfecture n'a rien annoncé, ni même donné d'alerte. 



"Le problème le plus important s'est déroulé vers 21 heures à l'entrée de la fosse. Un groupe de 30 à 50 personnes est arrivé avec l'objectif clair d'en découdre avec des fans de l'OM (...) Ils se sont mêlés à 300-400 personnes qui attendaient dehors et ont créé un mouvement de foule. 15 à 30 personnes ont réussi à s'extraire pour pénétrer dans la salle, en cassant des barriérages et forçant des portes" a-t-il ensuite confirmé, ajoutant que de graves violences ont également eu lieu à l'intérieur de la salle. En revanche, aucune arme n'a été utilisé.

Des ultras du PSG, dans le coup ? Le CUP dit non !

Dès 22 heures, le bar a été fermé mais il n'a toutefois jamais été question d'arrêter le concert. Si les tensions étaient palpables, ce n'était pas non plus le chaos. En revanche, le second gros point noir concerne les fumigènes qui commencent à arriver dans les enceintes de concerts. "Ce n'est pas facile à déceler. À l'AccorHotels Arena, nous sommes en train de prendre des mesures pour que les palpations soient plus poussées". De son côté, le Collectif Ultras Paris (CUP) a démenti être derrière ces attaques, affirmant condamner avec fermeté cette agression dont tous se désolidarisent.