L'ONU exige une enquête impartiale concernant les affaires Adama Traoré et Théo Luhaka.

URBAN HIT

18 juillet 2017 à 11h58 par Florian

L'organisation des Nations Unies a sommé le gouvernement français de tirer au clair ces affaires.

L'Organisation des Nations unies tape du poing sur la table. En effet, le haut commissariat des Nations unies aux droits de l'homme a sommé le gouvernement français de tirer au clair, trois cas qui ont notamment été très médiatisés à l'intérieur de nos frontières. Il s'agit des affaires Adama Traoré, Théo Luhaka et François Bayiga. En effet, concernant ces trois affaires, l'ONU a dénoncé dans un rapport externe, "l’usage excessif de la force par la police concernant trois personnes d’origine africaine". Mais ce n'est pas tout. En effet, l'institution a déclaré être très préoccupé que ces cas là ne soient pas isolés et redoute une montée du nationalisme (coucou Marine Le Pen) dans l'héxagone:" Nous particulièrement préoccupés par le fait que ces incidents ne soient pas isolés. Notre préoccupation porte également sur la question de l’impunité."

Le rapport des experts mandatés par l'ONU est donc clair et précis, il faut une nouvelle enquête, rapide et totalement impartiale, notamment dans l'affaire Adama Traoré. Selon ces experts, une seconde enquête devrait permettre de définir les contours judiciaires des possibles actions à suivre dans le futur. Selon ces experts, une seconde enquête devrait permettre de définir les contours judiciaires des possibles actions à suivre dans le futur :"Nous recommandons une nouvelle évaluation de la conformité des agissements de la municipalité et de la police, afin de vérifier si ces agissements ont été opérés conformément aux obligations de la France en vertu du droit international relatif aux droits de l’Homme".