La CNIL met en demeure WhatsApp accusé de transfert illégal de données personnelles !

URBAN HIT

19 décembre 2017 à 14h23 par La rédaction

WhatsApp enverrait nos données personnelles à Facebook et ce, sans notre consentement.

Lundi dernier, la Commission nationale informatique et libertés (CNIL) a en effet décidé de mettre en demeure l'application WhatsApp pour transfert de données illégal à la maison mère, Facebook. « Nous disons à Facebook que la combinaison de données qu'elle opère entre les données de Facebook et celles de WhatsApp n'a pas de base légale », a notamment expliqué sur BFM Business la présidente de la CNIL, Isabelle Falque-Pierrotin. Dans les faits, le réseau de la messagerie au logo vert, aurait envoyé numéros de téléphone, messages et habitudes d'utilisation de ses utilisateurs à Facebook. Pour se faire, WhatsApp aurait  demander l'autorisation à ses 10 millions d'utilisateurs français. 

Aujourd'hui, les patrons de l'entreprise se montrent plutôt réticents à l'idée de coopérer avec les autorités françaises :  « A ce jour, ils ne nous ont pas fourni le jeu de données de 1.000 personnes que nous leur avons demandé » a continué la présidente du CNIL, qui avoue que cette "fraude" pourrait concerner toutes nos données personnelles : « Ca peut être les adresses mail, les numéros de portables, les heures de connexion, la géolocalisation… Ils les utilisent peut-être pour faire du profilage d'utilisateurs, de la publicité ciblée. Ils pourraient aussi les avoir partagées avec toute la galaxie Facebook, sa régie publicitaire »

Face au tollé, WhatsApp a tenu à rassurer ses utilisateurs, en déclarant via l'un de ses porte-parole : « La vie privée est quelque chose de très important pour WhatsApp, c'est la raison pour laquelle nous collectons très peu de données ». Moyennement convaincant.