«Les drones pourraient être une réponse aux rodéos sauvages», déclare le maire caillassé dans le Val-d'Oise.

URBAN HIT

18 septembre 2017 à 6h18 par Florian

Caillassé alors qu'il tentait de faire cesser un rodéo sauvage, le maire d'Eragny-sur-Oise veut une nouvelle législation afin de combattre ce phénomène en pleine expansion.

Caillassé alors qu'il tentait de calmer un rodéo sauvage, Thibault Humbert le maire d'Eragny-sur-Oise, souhaite qu'une nouvelle législation entre sous peu en vigueur, afin de combattre ce phénomène en pleine expansion.« Les insultes, ça fait partie du job de maire. Les cailloux, non ! » a t-il ainsi déclaré, avant d'aller déposé plainte. Celui qui revendique aller « partout dans [sa] ville » souhaite ainsi alerter sur les rodéos sauvages avant qu’un drame ne se produise. « Impuissant face à ce phénomène qui touche beaucoup de communes », le maire cette ville située dans le Val d'Oise souhaite ainsi que le gouvernement prenne des mesures contre ces motards de l'extrème.






Invité chez Jean-Jacques Bourdin, le maire est revenu sur cet improbable incident: "Avec l'un de mes adjoints, on tournait en voiture pendant près d’une heure autour du quartier où on nous avait signalé un rodéo. En vain. Une fois mon adjoint déposé, sur le retour, j’ai croisé une moto avec deux individus non casqués dessus et qui circulait sur un trottoir. J’ai ouvert ma fenêtre et lancé : « Hé les gars, vous n’avez pas l’impression d’emmerder le monde avec votre moto ? » Les deux jeunes de 15-16 ans sont partis en trombe. Je suis allé me garer dans la résidence où ils habitent et où deux motos tournaient. J’ai appelé la police municipale et aussi nationale. C’est en sortant de ma voiture que j’ai pris une pluie de cailloux, de pavés de la part d’une quinzaine de jeunes de 12-15 ans.". Une solution utile et efficace ? Les drones pourraient selon lui faire l'affaire. À voir si le gouvernement l'entend de cette oreille.