SOCIETE

#LigueduLol : tout comprendre sur ce scandale de harcèlement sexuel ! (Photos)

11 février 2019 à 12h11



Depuis quelques heures, le hashtag #LigueduLol fait réagir sur les réseaux sociaux.
Depuis vendredi dernier, le hashtag #LigueduLOL est en train de faire des ravages sur la twittosphère. Au début des années 2010, un petit groupe de journalistes s'est formé à l'initiative de Vincent Glad, aujourd'hui chez Libération. Ce groupe s'appellera "La Ligue du Lol". Leur objectif était très simple, se partager le meilleur du net. La ligue dérape peu à peu et se transforme en véritable campagne de cyberharcèlement. Des révélations qui concernent également les célèbres journalistes Hugo Clément et Martin Weill (Quotidien), membres de la #LigueduLOL.



 "L'objectif de ce groupe n'était pas de harceler des femmes. Seulement de s'amuser. Mais rapidement, notre manière de s'amuser est devenu très problématique et nous ne nous en rendions pas compte. Nous pensions que toute personne visible sur Internet, par son blog, son Twitter ou autre, méritait d'être moqué" confirme d'ailleurs Vincent Glad, via un poste Twitter. Ils seront très nombreux à faire de même, notamment Alexandre Hervaud qui sera mis à pied par Libération, à titre conservatoire.

Ce scandale lui, a éclaté après que quelques témoignages aient fleuris sur Twitter, notamment celui de Capucine Piot qui assure avoir fuit le net durant de nombreuses années après avoir été victime de ce groupe d'hommes. "Après des années sans compte Twitter, je sors du silence pour un thread sur la #liguedulol dont j'ai aussi été victime. (...) La #liguedulol m'a repérée et a commencé son travail de sape petit à petit. Montages photos/vidéos visant à se moquer de moi. Archivage des petites bêtises que j'avais pu tweeter pour me les ressortir systématiquement pendant des années, critiques récurrentes sur mon apparence... Tout ça de façon régulière, gratuite, et entraînant tout un tas de twittos dans leur sillage malsain & dévastateur"
Olivier Tesquet et Christophe Carron, les podcasteurs Henri Michel, Guilhem Malissen et Sylvain Paley ont eux aussi reconnu avoir participé à ces campagnes de cyberharcèlement, tandis que Stephen Des Aulnois, rédacteur en chef du site Le Tag Parfait, a désactivé son compte Twitter. Enfin, ces témoignages ont également fait ressortir ceux d'autres personnes, elles aussi intimidées par ceux qui deviendront des journalistes reconnus. C'est notamment le cas de Nassira El Moaddem, qui accuse les journalistes Hugo Clément et Martin Weill d'avoir fait de même, des années durant.