tonimage
tonimage

Mais d'où vient le succès de Black M ?

URBAN HIT

3 mars 2015 à 12h37 par La rédaction

En 2013, Maître Gims lançait sa carrière solo, avec le succès que l'on connaît. L'année suivante, il était suivi par un autre membre de la Sexion d'Assaut. Dans les traces de Meugz', Black M a en effet franchit le pas, pour lui aussi connaître une immense réussite. 500 000 albums vendus, une réédition, des tubes qui ont tournés tout l'été... Black M a parfaitement réussi son entré dans le Game, et il est aujourd'hui devenu l'un des acteurs majeur de la scène française. Et pourtant, ce n'était pas forcément gagné. En effet, Black Mesrimes a du essuyé quelques critiques. Une partie du public lui reproche des textes trop légers, ainsi qu'une désinvolture qui passe parfois pour de l'arrogance. Malgré certains morceaux aux thèmes plus profonds (On s'fait du mal, Je garde le sourire), il peine à faire l'unanimité auprès des amateurs de rimes travaillées. "Trop facile", "trop homogène", "pas assez talentueux", Black M a aussi été critiqué sur son usage récurrent du vocoder, qui reste un sujet sensible pour une partie du public. Mais pour comprendre l'origine du phénomène Black M, ce n'est pas dans ses textes où ses parties de chant qu'il faut regarder. Si Black M a réussi à amasser plus 2,5 millions de fans sur sa page Facebook, s'est principalement grâce à la terrible efficacité de sa musique. Avec un flow indéniablement plus rap que celui de Maître Gims, Black M a réussi à réunir les fans de rap et de pop urbaine, en kickant sur des prods entraînantes. Cet habile mélange est particulièrement visible sur Mme Pavoshko, dont le refrain est incroyablement accrocheur. Malgré des paroles pas forcément très recherchées et une absence de message (si ce n'est que l'école, c'est nul), ce tube a ainsi résonné aux quatre coins de la France. En plus de mélodies entraînantes, Black M peut aussi compter sur son style décalé. Toujours de bonne humeur, l'artiste parisien a en effet développé une image originale, où se mêlent l'humour et la démesure. Que ce soit dans ses clips (qui sont par ailleurs très travaillés) ou en séance photos, il multiplie les grimaces, à tel qu'on en oublierait presque qu'il a déjà 30 ans ! Avec ce combo imparable, il a touché un public jeune et très nombreux. Pour 2015, alors qu'il entame une tournée nationale, ce sera à lui de convaincre les quelques irréductibles, s'il veut faire l'unanimité.