tonimage
tonimage

MH17 abattu en Ukraine : la responsabilité de l'armée russe, prouvée

URBAN HIT
Crédit: Dutch Safety Board / REX / SIPA

25 mai 2018 à 11h27 par La rédaction

Nous sommes le 17 juillet 2014. À l'époque, le vol 17 de la Malaysia Airlines allant de Amsterdam à Kuala Lumpur se faisait tirer dessus en plein vol, au dessus de l'Ukraine. Au total, ce sont 283 passagers et 15 membres d'équipage qui ne seront jamais retrouvés. Une terrible tragédie qui aura marqué à tout jamais. Très vite, une enquête indépendante internationale se met en place et, après de longues investigations, les résultats sont sans appels : la Russie aurait tiré sur cet avion. Plus précisément, le tir aurait été effectué par la 53e brigade anti-aérienne basée à Koursk, en Russie. L'identification aurait été facilement effectuée : selon l’enquêteur Paulissen, le missile Bouk - celui qui est venu s'empaler sur le vol MH17 - possède « nombre de caractéristiques uniques qui en tant que telles constitueraient une sorte d’empreinte digitale pour un missile ».

Des allégations très vite réfutées par la Russie et le ministère de la Défense qui assure que jamais aucun missile russe n'a franchi la frontière ukrainienne. D'ailleurs, les autorités russes ont fourni « des preuves exhaustives de l’implication d’unités ukrainiennes ayant utilisé les missiles Bouk pour détruire le vol ». Une manière de dénigrer le rapport officiel rendus par les enquêteurs et de dénigrer cette enquête.