Pollution : respirer l’air de New Delhi reviendrait à fumer 50 cigarettes par jour !

URBAN HIT

8 novembre 2017 à 12h42 par La rédaction

En Inde, la situation devient incontrôlable.

Il y a quelques jours, nous vous parlions de la situation en mer des Caraïbes. En effet, loin des paysages paradisiaques, la mer des Caraïbes ressemble de plus en plus à un dépotoir. Cependant, il semblerait que cela ne soit rien comparé à ce que vivent les habitants de New Delhi, la capitale de l'Inde. En effet, un épais nuage a envahi les rues de Delhi à tel point qu'un "état d’urgence de santé publique" a carrément été décrété mardi 7 novembre par l’Association médicale indienne pour faire face à cet épisode "d’airpocalypse". Et pour cause ! L'air y est tellement irrespirable qu'une journée passée à New Delhi reviendrait à avoir fumé l'équivalent de 50 cigarettes !

Les habitants sont ainsi les premiers à souffrir de cette situation : "Mes yeux me brûlent. L’année dernière, je ne me sentais déjà pas bien. Je ne sais pas si cela était dû à l’air, mais j’avais le souffle coupé et mes yeux me grattaient. Les médecins m’ont dit de ne pas aller travailler tôt le matin pendant l’hiver", explique un habitant au journal anglais The Guardian. Bien au courant de ce petit souci, le gouvernement tente bien d'agir, mais rien n'y fait. En effet, les promesses ne semblent pas être tenues... Le ministre des transports a tout de même assuré vouloir en finir avec les voitures à essence ou diesel d'ici à 2030. Lui qui veut privilégier les voitures électriques à tout de même du oublier que sa ville souffre d'un manque terrible d'infrastructures : aucune borne de rechargement n'est disponible à Delhi.



Résultat ? Ce mercredi 8 novembre à 13 heures, heure locale, les compteurs placés au centre de la ville affichaient des niveaux de particules ultrafines (PM2,5) entre 400 et 700 microgrammes par mètre cube d’air (μg/m3) très largement au-dessus de la limite de 25 μg/m3 préconisé par l'OMS, l'Organisation Mondiale de la Santé.