tonimage
tonimage

Quelles sont les conditions de détention de Salah Abdeslam ?

URBAN HIT

28 avril 2016 à 11h59 par La rédaction

Depuis hier, Salah Abdeslam a retrouvé le sol français

Il est actuellement en détention provisoire à la prison de Fleury-Mérogis à l'isolement. Des mesures de sécurité exceptionnelles sont mises en place pour l'accueil du détenu qui est, rappelons-le l'unique auteur vivant des attentas de Paris.

Isolé des autres détenus

Jean-Jacques Urvoas, notre Ministre de la Justice précise que le détenu Salah Abdeslam fera l'objet de "conditions maximales de sécurité". Pour mettre au point ces conditions, le détenu sera seul dans sa cellule dans un quartier d'isolement. Il n'aura absolument aucun contact avec les autres détenus de la prison.

Une surveillance à la Big Brother

La cellule où est Abdeslam contient un système de vidéosurveillance, chose qui ne s'est jamais vu en France. "La pérennisation de cette mesure fera l'objet d'une étude complémentaire". Bref, il sera surveillé H24 par les caméras ou les gardiens de la paix. "Une équipe dédiée de surveillants et personnel formé à l'accompagnement des personnes détenues dangereuses". De plus, sa cellule sera fréquemment contrôlée.

Eviter un suicide

En plus d'être bourrée de caméra, la cellule d'Abdeslam est faite pour éviter que le détenu se donne la mort. "Il n'y a pas d'éléments qui permettent de se suspendre, et il ne pourra pas atteindre les barreaux de sa fenêtre" explique Jean-François Forger (secrétaire général de l'UFAP-UNSA) à Europe 1. Le lit et la table présents dans la cellule sont scellés, bref tout est mis en place pour éviter le pire.

Il pourra sortir une heure par jour

Dans une journée de 24 heures, Abdeslam aura seulement une heure de promenade. C'est à dire qu'il va passer le plus clair de son temps entre quatre murs. Il sera bien évidemment dans une cour réservée. Salah Abdeslam aura la possibilité de communiquer avec des personnes de l'extérieur, cependant, ces gens seront contrôlés par la prison : "Le magistrat instructeur déterminera avec qui il pourra communiquer et quelles personnes pourront lui rendre visite au parloir" précise le ministère de la Justice.