Selon une sexologue, il vaudrait mieux faire l'amour avec quelqu'un ayant un micropénis !

URBAN HIT

6 décembre 2017 à 11h48 par La rédaction

Il est toujours possible d'avoir une vie sexuelle épanouie, malgré un micro-pénis.

Autant vous dire que celle-ci, on ne l'avait pas vu venir. En effet, nous allons aujourd'hui, vous parler du micro-pénis, l'un des pièges les plus foireux de l'existence, bien qu'il ne touche que 0.6% de la population mondiale. D'ailleurs, un utilisateur de la fameuse plateforme Reddit, s'est récemment exprimé sur ce sujet : "Je viens de lire un article sur le micro-pénis et apparemment, les femmes ne prennent aucun plaisir au moment de la pénétration. Dans les films, on peut voir les deux personnages principaux être ensemble, d'une manière romantique. Ils se touchent, s'embrassent et font l'amour. Les deux prennent visiblement beaucoup de plaisir, mais moi... Ca me fend le cœur de savoir que je ne pourrais jamais offrir cela à une femme. Je sais que je peux apprendre à faire un cunnilingues, mais ce n'est pas pareil. Les femmes aiment la pénétration, elles en parlent comme si c'était la plus belle chose au monde et moi, je ne pourrais jamais leur faire vivre cela."



Mais ce n'est pas tout. En effet, ce jeune homme a continué dans les révélations en allant un peu plus loin : "J'ai déjà essayé de me suicider. Je voulais sauter du haut d'un immeuble, mais je n'ai pas pu. Je me suis posé pendant plusieurs heures j'ai essayé d'avoir les c*******s de le faire, mais apparemment, là encore, je ne les avais pas"

Dans un monde ou le porno, est désormais bien plus accessible qu'avant, la taille du pénis semble jouer un rôle très important. Cependant, selon la sexologue Elizabeth McGrath, il est possible de mener à bien sa tâche, même si vous avez un tic-tac entre les jambes. "Cela fait longtemps que je travaille dans ce milieu et je suis persuadée que cela n'a rien à voir. Le sexe, c'est d'abord notre corps. Il y a tellement de choses à faire, s'embrasser, s'agripper, se demander "que pourrions nous faire aujourd'hui", il y a tellement de nouvelles alternatives qui aident." a-t-elle ainsi déclaré avant d'ajouter "l'important est de s'amuser, d'agrémenter. Le reste, joue un rôle, mais bien moindre".

Vous l'aurez compris, ce n'est pas la fin du monde. Une fois la barrière psychologique passée, il existe encore de nombreux moyens de s'amuser. Plus important encore, cela permet d'innover et de ne pas rester focus sur la pénétration.