INSOLITE

Tinder : un policier se servait des données de la police pour matcher !

05 février 2019 à 21h44
L'homme a utilisé les bases de données du commissariat pour en apprendre plus sur ses match...

Tinder est un univers compliqué. Résultat, certaines personnes peuvent parfois avoir un peu peur de passer le cap du tchat afin de passer à la rencontre. La faute notamment à l'appréhension de ne pas plaire par exemple, mais aussi de tomber sur un fou/une folle. Pour se donner plus de chances, certains vont toutefois vraiment très loin. C'est notamment le cas d'Adrian Trevor Moore, policier australien de 28 ans, qui n'a pas hésité à utiliser les données de la police afin de stalker les femmes avec qui il avait la chance de matcher.

Une situation qui s serait répétée à 90 reprises, si ce n'est plus. Tombeur, charmeur, Adrian en savait surtout beaucoup sur ces dames. Malheureusement pour lui, il a été stoppé par sa hiérarchie qui s'est rendue compte que quelque chose ne tournait pas rond. Cette utilisation précise de la base de données de la police étant illégale, Adrian a finalement été jugé puis condamné à 6 mois ferme.

La sentence doit montrer ce qui arrive quand les gardiens de nos données dans ce monde numérique accèdent à ces informations dans leur propre intérêt s'est notamment justifié le juge en charge de l'affaire. Il a également été condamné à payer une amende de 1.700 euros environ.