Tournante : 16 ados de 14 à 19 ans ont violé leur victime tour à tour, le procès s'est ouvert ce mercredredi

URBAN HIT

30 mars 2016 à 13h45 par La rédaction

C'est en 2013 qu'une jeune adolescente a été prise dans un guet-apens puis violée par 16 jeunes de 14 à 19 ans. Tour à tour, les 16 ados ont violé la jeune femme, ils ont tous été identifiés par leur ADN

sevran-seine-saint-denis-11224517djpbe_1713 Ce mercredi 30 mars, le procès de 13 d'entre eux s'ouvre. D'après l'enquête, les jeunes ont tendu un "piège" à la jeune femme de 16 ans. Ils l'ont attiré dans une cage d'escalier à Sevran. Ces 13 jeunes, âgés aujourd'hui de 19 à 22 ans seront jugés à la cour d'assises des mineurs de Seine-Saint-Denis.

Rappelons les faits

La jeune adolescente attendais son ex-petit ami au pied d'un HLM de la cité Rougemont à Sevran. Elle se fait voler son téléphone par deux jeunes cagoulés. Quelques minutes plus tard, trois mecs de la cité qu'elle connait vaguement viennent lui dire qu'ils vont l'aider à retrouver son portable. Confiante, la jeune femme suit les trois lascars vers une espèce de squat tout sombre. Dans une chambre du squat, quatre jeunes sont avachis sur un canapé. Un mec bloque la porte à l'aide d'un meuble. Elle se fait violer une première fois puis est amenée dans la cage d'escalier d'un autre immeuble. Là, une dizaine de jeunes attendent leur tour pour violer la pauvre jeune fille. Ils l'ont forcé à pratiquer une fellation ou a avoir un rapport sexuel. La jeune femme est allée porter plainte avec sa mère dès le lendemain. Durant l'auditoire, elle avoue avoir consenti à faire des fellations à certains agresseurs deux ans avant son viol pour récupérer son téléphone. Très vite identifiés, les 16 ados de la cité avaient été mis en examen en fin janvier 2014.

La victime décrite comme une "fille facile"

Au fil de l'enquête, les agresseurs ont décrit leur victime comme une "fille facile" et qu'elle était consentante. Mais l'analyse des téléphones portables des agresseurs montrent bien qu'ils lui ont tendu un piège. Le procès durera jusqu'au 8 avril. Sur les 16 ados mis en examens, deux avaient moins de 16 ans, ils ont donc été condamnés à 6 ans de prison (dont 4 avec sursis) par le tribunal pour enfant de Bobigny. Un autre est jugé séparément pour avoir menacé la jeune femme de lui "crever les yeux" si elle n'enlève pas sa plainte. 11 seront jugés pour "viol en réunion" et 2 pour "complicité". 9 d'entre eux sont actuellement en détention provisoire.