Une grande vague de violences urbaines suite à la bavure policière dont a été victime un jeune (vidéo)

URBAN HIT

25 mars 2016 à 15h50 par La rédaction

Aujourd'hui, vendredi 25 mars, un rassemblement a eu lieu devant le ycée Bergson dans le 19ème arrondissement

Ce rassemblement fait suite à la veille, où un jeune lycéen s'est fait frapper par un policier lors de la journée de mobilisation contre le projet de réforme du code du travail. Les élèves du lycée Bergson, profondément choqués par cette histoire ont voulu soutenir leur camarade. https://twitter.com/Jonathan_RTfr/status/713297733059231744 Des élèves de lycées environnants ont aussi rejoint la foule, tout comme les étudiants. D'après certains journalistes présents lors de la manifestation, des participants ont quillé les abords du lycée et s'en sont pris à des commissariats du 10ème et 19ème arrondissement. D'autres ont jeté des pierres et ont tenté de briser les vitres blindées des commissariats à l'aide de planches en bois, constate un journaliste de l'AFP. Dix minutes plus tard, les manifestants quittent les lieux et une bonne trentaine de policiers se sont placés devant le bâtiment. Sur la façades, des tags où on peut lire "Mort aux Flics".

Vidéo du jeune lycéen qui se fait frapper par des CRS

https://youtu.be/CBuzy2-B-T4 "Aucun amalgame ne saurait être admis entre les lycéens qui exercent leur droit de manifester et quelques casseurs opportunistes" déclare Bernard Cazeneuve dans un communiqué. "De ce que l'on sait, ces casseurs n'ont rien à voir avec les lycéens" affirme Hervé Jean Le Niger, vice-président de la Fédération des conseils de parents d'élèves. Les parents d'élèves, quant à eu dénonce une "réaction aussi brutale que disproportionnée" face à la vidéo. Le préfet de police a également été profondément choqué par le visionnage de la vidéo. Michel Cadot, le préfet de police de Paris a saisi l'inspection générale de la police nationale. Le parquet de Paris a également ouvert une enquête judiciaire. Le jeune lycéen de 15 ans a été auditionné ce jeudi et le CRS est auditionné ce vendredi. Le lycéen s'est confié aujourd'hui dans plusieurs médias. Il ressent un "sentiment d'injustice". "On était en train de manifester et on a jeté des oeufs. Il y a un policier qui s'en est pris un dans la tête (...) Il y en a un, il m'a foncé dessus. Il m'a frappé à terre, après il m'a dit : "Lève-toi, lève-toi !" et il m'a mis un poing" raconte t-il avant d'ajouter : "Je l'ai senti passer, j'avais la tête qui tournait. Il m'a dit : "C'est pas fini, tu verras au commissariat" (...) Au commissariat, ils m'ont dit de laver mon nez parce que je saignais. Après ils m'ont relâché".