VTC : les heures de conduite, bientôt encadrées !

URBAN HIT

8 septembre 2018 à 12h04 par La rédaction

Face à la possibilité de voir la loi évoluer, UBER a décidé d'anticiper.

UBER entame sa restructuration. En effet, alors que des centaines de chauffeurs VTC ont déclenché une grève le week-end dernier, afin d'obtenir une revalorisation de leurs heures de conduite, UBER vient de frapper fort en annonçant expérimenté depuis plusieurs semaines, une limitation à 10 heures de courses sans interruption. Une fois ces 10 heures de conduite terminées, l'application se met en off durant six heures. Une réponse directe à la ministre des transports, Elizabeth Borne qui, fin 2017, a assuré vouloir structurer le cadre d travail des chauffeurs VTC en leur assurant un revenu minimum, mais également en restreignant leurs heures de conduite.

Face à cette « menace », UBER a donc décidé d'anticiper. « C’est un projet sur lequel nous travaillons depuis un an et demi avec des chauffeurs et des experts en sécurité routière », explique d'ailleurs Badia Berrada, chargée des questions de sécurité chez UBER. « Il faut trouver le bon équilibre entre la flexibilité du chauffeur et la sécurité. 87 % de nos chauffeurs nous ont choisi pour être indépendants. Nous prenons nos responsabilités et nous avons des retours positifs ». Les autres cadors du secteur, notamment Txfy et Heetch, se sont déclaré prêts à suivre le mouvement, souhaitant tout de même que toutes les entreprises du type y adhèrent également.

Du côté des chauffeurs cependant, la nouvelle n'a pas été accueilli avec enthousiasme puisque l'intérêt de ce type de travail est de travailler plus pour gagner plus. . « 10 heures de connexion active, cela fait déjà une bonne journée, mais l’intérêt du job, c’est plus vous travaillez, plus vous gagnez. Mais c’est épuisant, je le faisais au début » explique notamment Ludovic, chauffeur VTC, qui avoue tout de même que pour des raisons sécuritaires, cette mesure est bénéfique.