Zahia dévoile pourquoi elle s'est tournée vers la prostitution à l'âge de 16 ans !

URBAN HIT

22 novembre 2017 à 8h41 par La rédaction

Pour le magazine Antidote, Zahia Dehar a accepté de revenir sur son passé... Sulfureux.

Ce n'est un secret pour personne, Zahia Dehar est une ancienne prostituée. Ce que les gens savent moins en revanche, c'est que la jeune femme a commencé cette pratique, à l'âge de 16 ans. C'est au cours d'un entretien accordé à Antidote que l'ex call-girl, devenue créatrice de mode, est revenue sur ce passage douloureux de sa vie. La jeune femme a donc commencé à vendre son corps principalement en raison de problèmes familiaux et financiers : « On n’avait pas de maison, on ne savait pas où on allait vivre », commence-t-elle ainsi. « J’avais déjà du retard parce que je ne parlais pas français et je changeais d’école tout le temps. Une fois qu’on a eu une situation plus stable, je n’arrivais plus à suivre, je ne pouvais pas rattraper le niveau. » Pour elle, « c’était un choc. En Algérie, j’étais toujours la première de la classe et, d’un coup, je me retrouvais dernière. Et tous mes rêves, tout ce que je voulais faire depuis toute petite, je savais que ça n’allait plus être possible. Il fallait que je trouve une autre solution ».


Se demandant ce qu'il lui restait comme possibilité, elle choisie très vite de se tourner vers la prostitution : « J’ai quoi comme possibilités⬯? Toutes les filles de mon âge avaient un petit copain, elles étaient amoureuses pendant un mois, puis elles étaient tristes, puis elles changeaient, puis elles avaient un nouveau petit copain et refaisaient la même chose, explique-t-elle. Je me suis dit, autant avoir des relations sexuelles et gagner quelque chose en retour. Je trouvais ça plus excitant. »

Commençant donc à mener une double vie éreintante, la jeune femme arrive tout de même à ses fins et sa mère elle, ne se doute de rien :  « Je rentrais à 6h du matin et je devais aller à l’école », continue-t-elle ainsi. « Je gagnais environ 20.000 euros par mois. Mais je dépensais tout. J’étais jeune. Mais c'est grâce à ça que j'ai pu me lancer dans la mode et la création de lingerie. J’en ai fait quatre et une collection capsule de prêt-à-porter. C’est ce que j’ai toujours voulu faire.  » avant de conclure sur une note un peu étrange : « Je me dis que c’est fini, parce que je suis passée à autre chose et je ne suis plus aussi jeune qu’avant. C’était bien à faire dans la jeunesse. C’était intéressant, c’était amusant. »