Projet d'attaque contre Emmanuel Macron : 13 personnes jugées pour avoir voulu tuer le président

Projet d'attaque contre Emmanuel Macron : 13 personnes jugées pour avoir voulu tuer le président

17 janvier 2023 à 11h26 par La Rédaction

Procès de l'ultra-droite, le tribunal correctionnel de Paris juge 13 personnes pour "association de malfaiteurs terroristes" et projet d'attaque contre le président en 2018.

Onze hommes et deux femmes, soupçonnés d'appartenir à l'ultra-droite, sont jugés à partir de ce mardi devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir préparé des actions violentes, notamment une attaque contre le président de la République en 2018. Les prévenus sont jugés pour "association de malfaiteurs terroristes" et risquent des peines allant jusqu'à 30 ans de prison.

La situation remonte à novembre 2018, lorsque le président Emmanuel Macron effectuait une série de déplacements et de commémorations dans l'Est de la France à l'occasion du Centenaire de l'Armistice de la Grande Guerre. Selon les enquêteurs, les prévenus avaient alors imaginé de s'en prendre au chef de l'État lors d'une de ces visites.

L'un des prévenus, Mickaël Iber, a déclaré lors d'une réunion à propos du président : "Je le prends par la main, je tire, et tac tac et j'utilise un couteau." Jean-Paul Bouyer, un autre prévenu, avait quant à lui soumis l'idée d'utiliser un couteau en céramique, plus difficile à repérer.

Les prévenus ont été interpellés le 6 novembre 2018 à Bouzonville, en Moselle. Un poignard d'une lame de 15 centimètres et un gilet militaire ont été retrouvés dans le véhicule utilisé par Bouyer. Les quatre suspects admettent avoir évoqué l'idée de tuer le président, mais assurent que rien n'avait été planifié.

Les élus de la ville de Paris, dont la maire Anne Hidalgo, ont été particulièrement critiques à l'égard de la série, qui ne montre pas les difficultés réelles liées à la vie dans la ville, comme les retards des transports ou les problèmes d'isolation dans les immeubles haussmanniens. David Belliard, l'adjoint au maire de Paris, a déclaré sur Europe 1 que la série ne reflétait pas la réalité et n'était ni désirable ni viable, notamment en raison des engagements climatiques de la ville.

Malgré ces critiques, il semble que la série continuera à présenter une vision idéalisée de Paris dans sa prochaine saison, les acteurs ayant déjà exprimé leur enthousiasme à l'idée de tourner de nouveaux épisodes. Il reste à voir si la mairie de Paris continuera à autoriser le tournage de la série, malgré son désaccord avec la représentation de la ville.