SOCIETE

La police scientifique, annonce une grève "illimitée"

26 décembre 2018 à 10h22
Nos "experts" ont décidé de taper du poing sur la table.

La police scientifique a décidé de se mettre en grève. En effet, à partir de ce mercredi 26 décembre, ces derniers ont annoncé se mettre en retrait, pour une durée indéterminée. La raison ? Les membres de cette unité en ont ras-le-bol et souhaitent de fait, dénoncer les conditions dans lesquelles ils travaillent.

"Les 3 syndicats de notre profession" (SNIPATSNPPSSNAPATSI), "méprisés par notre administration et notre ministre de tutelle, ont décidé de former une intersyndicale" pour lancer ce préavis de grève "au niveau national", 
a par ailleurs confirmé une source proche du dossier, avant de continuer, assurant ne pas réclamer plus de pouvoir d'achat mais mais "un statut dérogatoire de catégorie active, en adéquation avec nos conditions d'emploi (risques psychologiques, problèmes de sécurité et risques pour notre intégrité physique, astreintes et régimes horaires intenses, exposition à des agents chimiques et/ou infectieux, absence de formation self défense, absence de moyens de défense malgré la dotation de gilets pare-balles...)".

Les syndicalistes de la police scientifique tiennent également à rappeler que leur travail sert à élucider pas moins d'un tiers des affaires courantes. Un chiffre relativement important, qui devrait leur permettre d'accéder à de meilleures conditions. "L'enquête judiciaire ne tient plus qu'au simple aveu comme cela a été le cas durant des siècles. La preuve juridique provient directement de l'élément matériel que l'on appelle la trace (traces biologiques, traces papillaires, micro-traces, traces numériques, traces odorantes, traces balistiques, etc)".